top of page

L'atelier « Peinture au blé »

L’odeur du lin et de la peinture à l’ocre s’est répandue dans tout l’appartement depuis plusieurs semaines… ça a donné de la rusticité à mon intérieur francilien et cela ne me déplaît pas…

L’atelier «dessiner pour les abeilles» est quant à lui une véritable ode à la simplicité et au naturel. On laisse derrière soi son bagage de dessins académiques pour se concentrer sur ce que percevra de loin un petit insecte du nom d’« apis mellifera » au moment d’apporter ses pelotes de pollen et son nectar à ses congénères.


Le risque de dérive est presque réduite à néant quand un rucher professionnel respecte une certaine distance entre les ruches et offre une forme de signalétique à l’abeille lui permettant de retrouver facilement sa ruche parmi des centaines d’autres (sur le modèle slovène). Ce concept de « signalétique » prône principalement le respect et le bien-être de l’abeille domestique, et ne représente qu’une action parmi beaucoup d’autres en faveur des abeilles.






L’atelier « Dessiner pour les abeilles »

Partager l’idée et la création de mes premières planchettes avec mes amies artistes me tenait vraiment à coeur. Depuis que j’ai quitté l’Alsace il y a 6 ans, je retrouve régulièrement mes amies de là-bas autour du dessin. Soit dans le salon d'accueil de l'hôtel où je reste le week-end près de Bâle en Suisse, soit par visioconférence.

Cet été notre rendez-vous s’est transformé en séance autour du projet « Dessiner pour les abeilles ». Et la rencontre entre mes amies artistes parisiennes et elles a été très enrichissante !


C’est donc à 9 que nous avons testé cet atelier, les plus jeunes artistes ayant 7, 10 et 14 ans. Les participantes ont reçu une fiche pratique, les ingrédients principaux et une planchette dans une box que je leur avais envoyée la semaine précédant l'atelier et elles ont pu créer seules leur peinture écologique à base d’ocres de France. A mes yeux, c'était vraiment important qu'elles s'immergent complètement dans le processus de création du début jusqu'à la fin.

Dans un monde où on nous mâche trop souvent le travail, même dans le domaine des arts créatifs, peindre ces planchettes nous fait revenir à un rythme plus lent, à la maîtrise des produits de base et nous aide à cultiver la patience.


Et sachez que la patience est vraiment l’une des principales qualités de l’apiculteur !








Nous avons pu faire ces ateliers en visioconférence et dans mon atelier près de Paris (dans ma pièce à vivre 😉). Un petit guide pratique destiné à l’atelier (e-book) est donc en cours de réalisation. Il fera parti intégrante du Bee-Book mais sera prêt bien avant la sortie du livre.


Chaque atelier me permet d’affiner le descriptif des étapes de création de la planchette et la réalisation de la peinture à l’ocre, dite aussi peinture au blé.


Le but premier de ces séances était d‘apprivoiser la texture et les couleurs de cette peinture faite maison.


La parole est aux artistes :


Pour vous donner une idée du contenu de l’atelier, découvrez ci-dessous, quelques questions posées à des artistes participantes :


- Quels sentiments as-tu eus en préparant la peinture à l’ocre ? - Après avoir lu l’article « Dessiner pour les abeilles, un projet d’art qui évite la dérive » as-tu orienté différemment tes intentions de dessins pour les abeilles ?

- Qu’est ce que tu as ressenti pendant l’atelier ?




Olivia, Huningue (68) :


« Mon style artistique c’est le dessin de mode mais j’ai eu envie de dessiner quelque chose de plus floral et bucolique pour l’atelier, style de dessin que je n’avais jamais fait jusqu’à présent.

Les odeurs, les textures, ça donne une ambiance artistique qui m’a plu, c’est très satisfaisant de faire sa propre peinture ! En plus du côté artistique, j'ai eu le sentiment de faire quelque chose d’utile : comme investie d’une mission pour les abeilles.

Et c’est très agréable qu’il n’y ait pas de pression, pas besoin d’être dans la perfection, c’est vraiment quelque chose qu’on peut faire quelque soit son niveau en dessin. C’est très accessible pour les enfants aussi ! La texture de la peinture est épaisse et elle accroche bien sur le support, c’est moins fragile comme médium.


Tu peux peindre comme tu dessines. Même si tu n'as jamais peint ! C’était une belle expérience ! »






Ophélie, Huningue (68)



"J'ai beaucoup aimé préparer cette peinture, ça s'apparentait presque à une préparation culinaire. J'aime l'idée qu'on peut faire beaucoup de choses soi-même, avec des ingrédients plus naturels et des ustensiles simples. Ça me plaît !


J’ai compris l'importance "d'aider les abeilles" avec des formes qu'elles sauront voir et reconnaître. Mais je n'ai pas du tout trouvé cela restrictif. D'ailleurs je trouve que la créativité se développe encore plus grâce aux "contraintes" qu'imposent les aspects techniques ou l'objectif à atteindre.


J'ai trouvé l'atelier très intéressant (on apprend plein de choses) sans prise de tête ! Tout est simple avec Kat. L'ambiance était chaleureuse, un vrai moment d'échanges."





J'espère que ce petit aperçu des coulisses de mon atelier vous a plu ! Vous découvrirez l’ensemble des planchettes et l’interview des autres artistes plus tard dans mes posts ou dans mon livre !



Le programme de septembre est bien chargé et il me tarde de vous en parler, mais d'abord dans un prochain article je vous proposerai un défi artistique ouvert à tous sur le thème de l'apiculture et du monde des abeilles !


Un indice sur le challenge :


"C'est une sorte de marathon de dessins en 31 jours ».


Vous avez trouvé de quoi il s'agit ? Partagez-nous votre réponse !





Dailykatement vôtre,


Illustratrice


PS : Pour être au courant des évênements à venir, n'hésitez pas à vous inscrire dans le formulaire "recevez la newsletter" en bas de mon site, sous l'article.


Sources :













Posts récents

Voir tout
bottom of page